Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
interview

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    premier forum sur grégory sertic Index du Forum -> grégory -> actualités -> divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 15 Nov - 17:25 (2010)    Sujet du message: interview Répondre en citant

interview interactive

Grégory Sertic se dévoile sur ses origines parisiennes. Supporter du PSG et des Girondins lorsqu'il était plus jeune, il nous déclare son amour pour les deux environnements. Grégory n'a pas hésité à parler de sa famille, de la « house », sa musique préférée et de sa petite amie.

Comment les joueurs se comportent-ils avec toi, et comment te comportes-tu avec eux ? de Laëtitia

Grégory Sertic : Ils peuvent être assez chambreurs sur certains points mais en général, l'ensemble de l'effectif est plutôt sympa avec moi. Ils me laissent tranquille.

Est-ce que tu es originaire de Bordeaux ? Que représente cette ville pour toi ? de Laëtitia

Grégory Sertic : Je suis originaire de la région parisienne, plus précisément de Brétigny-sur-Orge dans le département 91. Bordeaux est néanmoins une ville importante pour moi. C'est la ville dans laquelle j'ai fait une partie de ma formation et mes premiers pas en Ligue 1. En plus, j'ai marqué mon premier but en championnat au Stade Chaban-Delmas. Bordeaux est forcément une ville très importante à mes yeux. Je me suis très bien adapté à la vie bordelaise. C'est un peu comme un « petit Paris » et de plus, il y a la mer et la montagne qui ne sont pas très loin. Je me plais ici.

Grégory, si tu étais un autre Girondins, qui serais-tu ? de Claire

Grégory Sertic : Je pense que je serais Yoann Gourcuff. Cette saison, il a vraiment réalisé quelque chose de très, très fort. Après deux années un peu difficiles au Milan AC, il a su rebondir. Pour moi, il est un peu l'exemple à suivre car sa trajectoire montre bien que dans le football de haut niveau, il n'y a pas que des hauts, que des paillettes. Parfois, un joueur peut vivre des périodes délicates et il faut savoir les surmonter. Lui, il a parfaitement réussi. Je joue un peu dans la même zone que lui sur le terrain donc je m'inspire de son jeu afin de progresser. Je regarde ce qu'il fait en match et à l'entraînement. Il me donne quelques conseils que je reçois toujours avec plaisir. J'essaye d'être attentif à ses paroles et de refaire ce qu'il fait sur le terrain mais cela ne donne pas encore les mêmes résultats (sourire, NDLR).

Que souhaitais-tu faire avant le football, ou alors qu'aurais-tu fait si tu n'avais pas pu ou pas réussi à faire du foot ? de Laëtitia

Grégory Sertic : J'ai toujours été dans le football à 100%, depuis tout petit. Mes parents m'ont inculqué cet amour du football depuis mon plus jeune âge. Mon père était entraîneur et ma mère a joué au football quand elle était jeune, avec ses ami(e)s. Je pense que je suis tombé directement dans le moule. Je n'avais que cela en tête.

Ta famille t'a-t-elle toujours soutenu ? Que pense-t-elle de ton métier ? de Laëtitia

Grégory Sertic : Oui, ma famille m'a toujours soutenu. Mon père est venu vivre sur Bordeaux, il a fait des sacrifices. Ma mère et mon frère sont restés sur Paris mais ils ont toujours été présents pour moi. C'est un peu grâce à eux si j'en suis là aujourd'hui.

De quelle équipe étais-tu supporter avant d'intégrer Bordeaux, ou encore aujourd'hui ? de Laëtitia

Grégory Sertic : Je supportais le Paris Saint-Germain. J'étais plutôt pour le PSG car j'ai vécu les quinze premières années de ma vie là-bas. Bordeaux était ma deuxième équipe. Quand ils ont gagné le titre de Champion de France en 1999, j'étais super heureux et je n'ai pas cessé de suivre le parcours des Girondins après cette saison exceptionnelle.

Quel est ton genre de musique ? Pratiques-tu d'autres sports ? de Laëtitia

Grégory Sertic : J'écoute un peu de tout mais je vais dire la house, ce style de musique. J'aime bien sortir et écouter cette musique. A l'inverse, je n'aime pas trop le zouk, ce n'est pas mon truc. Je pratique d'autres sports et notamment le tennis. Je joue avec Marouane (Chamakh, NDLR) et je tiens à signaler que je le bats régulièrement. J'aime bien le volley-ball mais plus sur le sable que dans un gymnase. Pour le reste, j'aime bien tous les sports, même si je ne les pratique pas régulièrement. Je m'adapte.

Avec qui t'entends-tu le mieux ? de Laëtitia

Grégory Sertic : Je m'entends bien avec tout le groupe mais je suis le plus souvent avec les plus jeunes du groupe. Je suis souvent avec Yoan Gouffran. Je m'entends vraiment bien avec lui.

Qu'as-tu ressenti quand tu as marqué ton premier but avec les professionnels pour le match contre Sochaux ? de Claire

Grégory Sertic : Beaucoup d'émotions. En même pas 10 secondes, je me suis remémoré tout ce que s'est passé dans mon début carrière. Plus jeune, j'ai souvent connu des blessures, j'ai eu pas mal de galères de ce côté-là. Ce but, ce n'était que du bonheur pour moi. J'ai surtout pensé à ma famille.

Quel est ton genre de fille ? de Claire

Grégory Sertic : Mon genre de fille, c'est ma copine. Elle a les cheveux châtains, elle est bronzée, très bronzée. D'ailleurs, je ne sais pas comment elle fait (sourire, NDLR). Elle est surtout très gentille et reste simple. Elle ne se met pas en avant parce qu'elle sort avec un joueur des Girondins. Au contraire, elle ne le dit à personne. Elle est fière de ce que je fais et j'en suis très heureux. De mon côté, je la soutiens pour qu'elle réussisse ses études. Elle n'est pas du genre à se laisser aller parce que je joue au football. J'essaye de faire mon maximum pour qu'elle puisse faire ce qu'elle a envie de faire.

Grégory Sertic nous parle des émotions qu'il a ressenties lors de ces premiers pas en Ligue 1, face à Rennes et Sochaux. Il aborde aussi sa personnalité. Grégory aime aider les gens même s'il pense qu'il est parfois trop généreux. Souriant et n'éludant aucun sujet, il est un bon connaisseur du football féminin et parle de ses deux clubs favoris, le FC Barcelone et le Real Madrid.


Comment te surnomme tes coéquipiers ? de Claire

Grégory Sertic : Beau gosse (rire, NDLR). Certains joueurs de la CFA m'appellent Juninho mais c'est pour rire. Il n'y a qu'un seul Juninho et il est vraiment au-dessus.

Quelle sensation t'a fait ta première apparition avec le groupe professionnel à Rennes, contre Sochaux à Chaban-Delmas et surtout ton magnifique but ? de Gonzales

Grégory Sertic : C'était très différent. Avant le match de Rennes, j'ai vu mon nom sur le tableau et je me suis dit que c'était à moi de jouer. Je ne m'y attendais pas vraiment mais je me suis dit que le coach me faisait confiance et qu'il fallait faire ce que je savais faire. Il m'a bien conseillé avant la rencontre. Contre Sochaux, ce n'était pas la même chose, je savais que j'allais marquer (rires, NDLR). Non, pas du tout bien sûr. C'était formidable. Marquer son premier but à Chaban-Delmas, devant son public, et avec le n°33, celui de la Gironde, c'était assez particulier. Il y a eu beaucoup d'émotions sur ces deux matches mais elles étaient très différentes.

Comment te décrirais-tu ? de Claire

Grégory Sertic : Gentil, j'essaye de penser aux autres avant de penser à moi. J'aime bien rendre service et je n'attends pas forcément quelque chose des gens pour autant. Je ne sais pas trop comment l'expliquer mais j'aime aider les gens. Je suis très généreux avec mes proches et ma famille. Dès que je peux faire quelque chose pour eux, je le fais avec plaisir. Avec ma copine j'essaye d'être attentionné, de me comporter en gentleman (sourire, NDLR).

Quel est ton pays préféré ? de Claire

Grégory Sertic : La France, bien sûr. J'ai vécu toute ma vie ici, il y a donc une logique. Je suis également attaché à la Croatie mais si je réponds cela, il va y avoir débat. En France, j'aime plus particulièrement la région parisienne et le Var. Je vais en vacances là-bas, je trouve ce coin très sympa.

Si tu as des enfants, comment aimerais-tu les appeler ? de Claire

Grégory Sertic : Zidane, que ce soit une fille ou un garçon !

Si tu étais un autre footballeur, de n'importe quel club, qui voudrais-tu être et pourquoi ? de Claire

Grégory Sertic : Je vais me répéter en disant Zidane mais c'est mon idole depuis que je joue au football. C'est un grand monsieur, il l'a démontré durant toute sa carrière. Il a marqué tous les clubs dans lesquels il a évolué que ce soit le Real Madrid, la Juventus Turin ou les Girondins de Bordeaux sans parler de l'équipe de France et de ses deux buts en finale de la Coupe du Monde. Il a réalisé une carrière extraordinaire. Je n'ai pas vu jouer Zidane à Bordeaux car j'étais trop petit mais j'ai vu des vidéos et surtout, j'ai parlé de lui avec Pierrot Labat. Pour lui, Zidane est un dieu. Je le comprends tout à fait et je suis complètement d'accord avec lui. Au début, je ne savais même pas qu'il avait explosé à Bordeaux. A cette époque, il a marqué son premier but en équipe de France au Stade Chaban-Delmas. J'ai marqué mon premier but en L1 dans ce même stade et la coïncidence me fait vraiment plaisir.

Quel est le moment que tu préfères dans un match ? de Claire

Grégory Sertic : L'entrée sur le terrain. C'est toujours une émotion particulière car le public est chaud, il est derrière toi et t'encourage. C'est mon moment préféré à domicile. A l'extérieur, j'aime la fin du match lorsque nous avons gagné. Nous sommes tous heureux alors que les supporters adverses sont dégoûtés. Ils te font comprendre qu'ils ne sont pas contents, je trouve cela assez marrant.

Quel est ton maillot préféré des Girondins ? de Claire

Grégory Sertic : Le blanc. C'est celui qui fait le plus ressortir le bronzage quand tu fais des UV (rires, NDLR).

Quel club te fait rêver ? de Claire

Grégory Sertic : Deux clubs me font plus particulièrement rêver : le Real Madrid et le Barça. Le premier est un grand club et Zidane y a joué. C'est donc quelque chose de particulier pour moi. Le Barça, c'est un club atypique avec un jeu très particulier. Je n'ai pas de préférences entre les deux, cela dépend des années et du club qui gagne le titre de champion (sourire, NDLR).

Que penses-tu du foot féminin et as tu déjà été en voir ? de Claire

Grégory Sertic : Oui, j'ai souvent vu du football féminin car j'étais avec l'équipe féminine à Clairefontaine. Je les ai supportées et suivies lorsque je faisais ma formation. J'ai beaucoup de respect pour elles. Les filles jouant au football ont la même passion que nous. Cependant, il y a une différence car même celles qui jouent au très haut niveau sont obligées de travailler à côté du football alors que ce n'est pas notre cas. De plus, elles peuvent avoir envie d'avoir des enfants et cela casse un peu leur carrière. Elles doivent donc faire beaucoup de sacrifices. J'ai vraiment beaucoup de respect pour ces filles car j'en connais beaucoup.

Grégory Sertic, parle ici de sa saison, du cadeau le plus bizarre qu'il ait jamais reçu mais aussi de son équipe de 14 ans à Brétigny-sur-Orge. Une équipe qui avait fini championne devant le PSG. Un grand souvenir pour Grégory et ses amis d'enfance.

Quel serait ton plus grand rêve en tant que footballeur ? Claire

Grégory Sertic : Mon plus grand rêve est d'être champion de France avec les Girondins, de gagner samedi à Caen et de fêter cela avec nos supporters car je ne veux pas laisser ce titre à l'OM (interview réalisé trois jours avant le match face à Caen, NDLR).

Que penses- tu de cette saison ? de Loubna

Grégory Sertic : Cette saison a été exceptionnelle. Au début, j'évoluais exclusivement avec l'équipe réserve en CFA. J'attendais que le coach m'appelle dans le groupe professionnel. Cela s'est fait progressivement. J'ai gagné une place de titulaire en fin de saison lors de rencontres importantes. Cela montre que le staff fait réellement confiance aux jeunes joueurs. Cette saison, ce n'est que du bonheur !

Te sens-tu prêt à être titulaire aux Girondins de Bordeaux pour cette fin de saison mais surtout pour l'année prochaine ? Quelles sont tes qualités et tes défauts ? Bonne chance à toi. De Hans

Grégory Sertic : Tous les joueurs de l'effectif veulent être titulaires mais il y aura des recrues et des joueurs déjà au club et titulaires dans l'équipe. Je sais que ce sera très dur mais je vais me battre afin de jouer le plus de matches possibles. Ma qualité première, c'est la gentillesse et la générosité. Je suis même trop généreux et c'est mon défaut.

Salut Grégory, quel est le plus beau cadeau que tu aies reçu ? Et le plus bizarre ? Bisous et merci. D'Aymeline

Grégory Sertic : Je me souviens d'une belle montre mais le plus beau cadeau, c'est certainement ma première paire de crampons. C'est un bon souvenir. Le cadeau le plus bizarre que j'ai reçu vient d'une de mes copines. Elle m'avait offert un maillot mais j'aurais du mal à décrire, je ne l'ai jamais porté. Apparemment, elle l'avait payé super cher mais il ne ressemblait à rien. Il y avait des palmiers dessus. Je m'excuse de ne l'avoir jamais porté mais ce n'était pas possible.

Comment vis-tu ta nouvelle notoriété ? D'Angélique

Grégory Sertic : Assez sereinement. Je reste le même, je garde les pieds sur terre. Maintenant, quand je me balade en ville, on me reconnaît. Cela me fait plaisir mais c'est assez bizarre et assez drôle. Je suis passé de l'ombre à la lumière en très peu de temps, il faut s'attacher à ne surtout rien changer.

Salut Greg, quel est ton championnat européen préféré (autre que la Ligue 1) ? De Brice

Grégory Sertic : Espagne !

On te suit depuis les 14 ans fédéraux de Brétigny avec Flavien et les autres. Alors on te félicite de ton parcours. Penses-tu de temps en temps à ce groupe qui était fantastique puisque vous aviez fini champion avec ce club ? Et aussi aux gars qui jouaient avec toi ? De Pascale

Grégory Sertic : Oui, je m'en souviens très bien. Nous avions un super groupe, une très belle équipe avec trois ou quatre joueurs de Clairefontaine. Nous avions gagné le titre lors de la dernière journée en finissant devant le PSG. Nous avions battu Créteil 1-0. C'était vraiment une équipe solide. J'en discutais il y a peu de temps avec Jacques, un ancien joueur de Brétigny. C'est marrant cette question, nous en parlions hier ! Nous pouvions battre n'importe qui avec cette équipe. Dans notre championnat, nous avions battu le PSG et Le Mans. Nous avions également gagné un match amical contre l'OM. Si mes potes de Brétigny me lisent, je leur passe en grand bonjour ! Il y a des joueurs connus qui sortent de Brétigny-sur-Orge et notamment Jérémy Menez qui joue aujourd'hui à la Roma. Il va faire une très grande carrière. Je crois que Jacques Faty est également originaire de Brétigny. Il y a enfin Kevin Olimpa et moi.

N'est-ce pas trop dur de mélanger cours et foot ? Vers quel diplôme t'es-tu orienté ? d'Aurélie

Grégory Sertic : C'est surtout avant car aujourd'hui, c'est fini les cours. Il faut quand même que je poursuive mes cours d'anglais sinon, je vais me faire tuer. Au centre, c'était assez difficile mais nous jouions au niveau CFA. C'est plus réalisable à ce niveau-là qu'en professionnel. Nous pouvions alterner les cours et le football. Pour être honnête, je ne m'investissais pas à 100% à l'école. C'était plutôt 20% pour les cours et 80% pour le football. L'essentiel est tout de même d'avoir un diplôme et j'ai eu mon baccalauréat. C'est important quand on est jeune. C'est un petit message pour les plus jeunes. A cet âge-là, on a tendance à tout donner pour le football mais il faut absolument avoir quelque chose de sûr derrière.

Je voulais savoir si tu vis à Bordeaux ? Et si oui, est-ce que tu te plais ici ? De Mathilde

Grégory Sertic : Je vis au Bouscat, à cinq minutes de Bordeaux.

Qui es le plus gentil, le plus « fashion », qui a le plus de succès avec les filles ? D'Anonyme

Grégory Sertic : Personnellement, j'aime beaucoup Matthieu Saunier. On ne parle pas souvent de lui. Il s'est beaucoup blessé cette saison, il a eu du mal à enchaîner. Il ne parle pas beaucoup. C'est un garçon très simple mais il est vraiment super sympa. Le plus « fashion », c'est David Bellion. Il s'habille super bien. Celui qui a le plus de succès avec les filles est assis en face de vous (il marque une pause, NDLR). Non, je plaisante, c'est surement Yoann Gourcuff. « Souley » (Souleymane Diawara, NDLR) est peut-être au même niveau et Yoan Gouffran ne doit pas être très loin derrière. C'est le trio de tête pour les filles.

Qu'as-tu comme voiture ? De Jenifer

Grégory Sertic : Une Audi A3. Je l'ai eu en novembre. C'est une très belle voiture.

Grégory Sertic parle ici du grand amateur du steak au poivre préparé par son père, le milieu de terrain bordelais aime la cuisine même s'il ne se met pas souvent devant les fourneaux. « Greg » aborde également ses endroits préférés dans Bordeaux, son avis sur les supporters bordelais et sa vision du football allemand.

Quelles émissions regardes-tu à la télévision ? D'Emilie

Grégory Sertic : Je regarde « Plus Belle La Vie ». Je pète les plombs si je manque un épisode ! Certains vont se moquer de moi mais cette série, c'est mon truc. A 20h10, je suis devant l'écran et il ne faut pas m'embêter à ce moment-là. (Nous lui demandons s'il est vraiment sérieux, NDLR). Oui, oui, je suis très sérieux !

Est-ce que l'ambiance du virage sud te touche ? de Claire

Grégory Sertic : Oui, c'est très important. Nous voyons que les supporters attendent un titre de champion de France depuis 10 ans. Que ce soit à domicile ou à l'extérieur, ils sont constamment là pour nous soutenir. Pour le dernier match à Caen, la tribune « Visiteurs » est pleine depuis une semaine. Cela montre bien qu'ils sont constamment avec nous. Ils sont à 200% derrière nous.

En dehors du football, vois-tu tes coéquipiers ? de Claire

Grégory Sertic : Je vois surtout les jeunes et plus particulièrement Yoan Gouffran. De temps en temps, nous allons boire un verre ensemble, nous allons au restaurant. Nous sommes assez souvent ensemble.

Quel est l'endroit de Bordeaux que tu préfères ? de Claire

Grégory Sertic : J'aime bien la Villa Tourny. C'est très sympa pour boire un verre. Il y a de la musique.

Quel est ton prénom féminin préféré ? Anonyme

Grégory Sertic : Sylvie. C'est le prénom de ma mère, je la respecte beaucoup. Elle m'a beaucoup aidé dans les années galères. Aujourd'hui, le fait d'en être là me fait penser à elle.

As-tu des neveux et nièces ? Anonyme

Grégory Sertic : Oui, j'ai une nièce et un neveu, Jade et Milan.

Aimes-tu les animaux ? En as-tu ? Si oui lesquelles ? Anonyme

Grégory Sertic : Oui, surtout les petits chiens. J'en ai un qui se nomme Kenzo. Je tiens à en parler car tout le monde se moque de lui mais il est très beau, très mignon. Je ne connais pas la race mais il s'appelle Kenzo (rires, NDLR).

A quel âge as-tu commencé le football ? de Léa

Grégory Sertic : J'ai commencé à 5 ans à Egly, un petit club de la région parisienne. Par la suite, je suis allé à Brétigny. C'est là que tout a vraiment commencé car je suis allé à Clairefontaine et tout s'est enchaîné très vite pour moi. J'ai aussi une pensée pour Egly. Je les remercie beaucoup car les gens étaient proches de moi là-bas. C'est aussi un peu grâce à eux si j'en suis là aujourd'hui.

A quel âge es-tu parti de chez tes parents, si tu n'habites plus chez eux bien sur ? de Claire

Grégory Sertic : 13 ans, quand je suis parti à Clairefontaine. Ce fut une période difficile, avec l'adolescen
ce et l'envie de se rebeller un peu. Ne plus voir mes parents le soir a été assez dur la première année. Je m'y suis fait au fur et à mesure. Il a fallu prendre ses responsabilités. Je pense que c'est bien pour un garçon de quitter ses parents vers 15 – 16 ans quand il s'agit d'aller dans un centre de formation. Je ne parle pas de partir tout seul et de trouver un appartement.

Quel est ton repas favori parce que si un jour tu viens manger à la maison... (Rire) ? de Claire et Joël

Grégory Sertic : Si je suis invité, ce sera avec plaisir. Mon plat préféré est celui que prépare mon père : un steak au poivre avec des pommes de terre coupées en tranches. C'est fabuleux. S'ils veulent venir manger pour découvrir, il faut me le dire, que je me prépare.

Aimes-tu cuisiner ? Si oui qu'est-ce que tu aimes cuisiner ? Anonyme

Grégory Sertic : J'aime cuisiner mais je ne cuisine pas ! Mon père me fait souvent à manger. Je le regarde faire. Je pense que je pourrais le refaire mais je ne le fais jamais ! La flemme certainement.

Que penses-tu du championnat allemand ? de Claire

Grégory Sertic : C'est un bon championnat, très offensif. J'aime surtout le Bayern Munich, c'est un très grand club. Ils ont plus de mal en ce moment mais je pense que, derrière le Barça et le Real Madrid, c'est le club qui m'attire le plus. Le Bayern se projette toujours vers l'avant. S'ils prennent trois buts, ce n'est pas grave, ils veulent en marquer quatre. J'aime bien ce championnat. Si j'ai un jour l'occasion d'aller au Bayern, je pense que j'irai.

source: girondins.com

_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 15 Nov - 17:25 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 29 Nov - 12:17 (2010)    Sujet du message: interview Répondre en citant

Grégory Sertic, nouvelle recrue du Racing club de Lens en provenance de Bordeaux, nous parle de lui, de ses attentes et de ses motivations. Découverte…http://gregsertic.xooit.fr/images/wysiwyg.html?5#ancreHaut
Comment s’est passé ton transfert ? Il s’est fait entre les dirigeants bordelais et lensois et  mon agent. Valenciennes était aussi intéressé mais ma priorité était Lens. C’est  un club que j’apprécie beaucoup et il est d’ailleurs bien représenté par son  président Gervais Martel. Alou Diarra et Jussiê [Ndlr, anciens lensois et actuels bordelais] m’on parlé des  supporters et du grand club qu’était Lens lorsqu’ils y jouaient. Je suis très  heureux d’être là.

 Qu’attends-tu de ce prêt ?
 J’espère obtenir un maximum de temps de jeu, faire une très  bonne saison avec Lens et avoir pour objectif de finir dans les dix premiers.
 Tu as eu le temps de visiter le centre de la Gaillette. Comment  trouves-tu les installations ?
 Elles sont très bien, un peu comme celles de Bordeaux. Le  centre d’entraînement est neuf et il y a tout ce qu’il faut pour réussir et  encadrer des joueurs.
 As-tu croisé des joueurs de Lens avant ton premier  entraînement, ce mardi après-midi ?
  J’ai vu Yohan Demont qui a le même agent que moi [Ndlr, tout comme Alaeddine Yahia]. On a  mangé ensemble hier. Il m’a un peu parlé du club et de la vie qu’il y avait  autour. Il m’a même conseillé d’habiter à Arras, ce que je vais sûrement faire !
Quels ont été tes premiers contacts avec Jean-Guy Wallemme ?
On s’est rencontré hier et on a donc discuté ensemble. J’avais  entendu du bien de lui avant de venir ici. Il m’a montré sa façon de voir l’équipe  et le football. Il ne m’a pas dit qu’il attendait des choses particulières de  moi. Mais je pense que ça va venir avec le match amical de vendredi face à  Courtrai. Je verrai à l’issue de cette rencontre ce qu’il va décider. Le samedi  suivant, il y a le derby face à Lille, et je vais m’y préparer !

 Quel est ton type de jeu ? Je suis un meneur de jeu. Mais Laurent Blanc et Jean Tiganame  me plaçaient à gauche ou à droite, donc je suis polyvalent au milieu. Je suis à  l’aise sur les coups de pied arrêtés et les frappes de balle. Je ne suis pas  maladroit devant le but mais je préfère faire une passe que marquer.         Quelles sont tes idoles de jeunesse ?
         Kanga Akalé et Khalilou Fadiga ! Je les adorais !  J’avais leur signature. Quand je verrai Kanga, je lui dirai qu’il a signé mon  premier autographe venant d’un footballeur !  
         Pourquoi avoir choisi le numéro 10 ?
         C’était mon numéro quand j’étais jeune et à Bordeaux. Je l’ai  toujours porté ! Ca a aussi une signification forte puisque Zinédine  Zidane le portait !
_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 29 Nov - 12:18 (2010)    Sujet du message: interview Répondre en citant

Présentation       Je tenais à remercier le président Gervais Martel et le  coach Jean-Guy Wallemme. J’espère apporter beaucoup au club, faire une très  belle saison et terminer dans les meilleures places possibles. J’ai effectué,  hier, mon premier entraînement. Les joueurs ont tous été très accueillants. Ils  m’ont dit que je vais devoir chanter au prochain repas en guise de bizutage. Je  suis très fier d’être lensois !
      Pourquoi Lens ?
      Ca fait déjà une saison que Lens s’intéressait à moi. C’était  une de mes priorités, déjà l’année dernière. Quand j’ai vu que le club s’était  encore manifesté, j’ai donné ma parole au président et j’ai voulu attendre de  voir comment ça allait se passer avec la DNCG. Dès que ça s’est décanté, je n’ai  pas hésité.
      Le derby face à Lille comme premier match officiel
      Pour débuter, c’est ce qu’il y a de mieux ! On est là  pour faire de grands matchs, et ça va être très intéressant. Je pense que le  groupe est prêt pour affronter Lille qui a des armes offensives très intéressantes.  On est là pour gagner tous les matchs et on va le faire !
_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 12 Déc - 19:00 (2010)    Sujet du message: interview Répondre en citant

Lensois.com : Grégory Sertic, on imagine que la déception doit être grande après cette défaite 3-0 à Lorient alors que vous sembliez en mesure de prendre le dessus…
C’est tout à fait ça. On a eu l’occasion de prendre l’avantage et sur trois contres, on prend trois buts. Cela nous montre le travail qu’il reste à faire. Maintenant il faut arrêter de parler et agir.
Jugez-vous cette défaite particulièrement sévère au regard du jeu développer par le RC Lens sur la pelouse du Moustoir ?
Tout n’est pas négatif. Mais aujourd’hui on ne regarde pas le beau jeu, on regarde surtout les résultats. A Lorient, on a peut-être dominé une partie de la première mi-temps et de la seconde, mais au final, ce sont eux qui ont trois points et nous zéro. On reste à la même place alors que de leur côté, ils avancent. Il faut surtout voir les conséquences aujourd’hui.

« Contre Caen, il faudra absolument gagner »
 
Le match a mis en avant les lacunes défensives du RC Lens…
On s’est pris trois buts sur trois contres. Il faut travailler là-dessus. On doit tenir le coup quand on est en position offensive sur des contre attaques. Ça part des milieux, des attaquants et des défenseurs. Donc, tout le monde est en faute aujourd’hui.

Le groupe n’est-il pas démoralisé après une telle succession de mauvaises performances et un certain manque de réussite ?
C’est sûr qu’il y a de la malchance, que ce soit sur ma frappe ou sur l’action de Steeven Joseph-Monrose qui n’a pas eu le temps de tirer sur un face à face. On ne va pas se démoraliser, il reste des matches de championnat à jouer, ne serait-ce que le week-end prochain contre Caen. C’est un rendez-vous qu’il faudra absolument gagner à domicile. A nous de réagir et de se donner à fond pour les supporters, le président et les gens qui travaillent au club parce qu’on leur doit bien ça.

« Tout le monde se sent concerné »
 

Tout le monde se sent-il réellement concerné au sein du vestiaire du RC Lens ?
Oui, tout le monde se sent concerné. Que ce soit le président, les joueurs, les gens qui travaillent au club, les supporters : tous ceux qui sont derrière nous. Mais c’est à nous d’agir. Cela ne sert à rien de parler et de se dire que l’on va gagner le prochain match. Contre Caen, il faudra arrêter et gagner.

Samedi prochain vous allez recevoir Caen, un match aux allures de finale dans la lutte pour le maintien ?
Cela va être une grosse semaine pour nous. La différence se fera dans la tête. Cela va être un combat. Ce sera comme une finale pour nous. C’est un club qui va aussi jouer la relégation. Maintenant il faut s’en sortir le plus tôt possible. Caen a fait 0-0 à domicile contre Nice. Cela nous laisse espérer mais il faut gagner le week-end prochain.

Propos recueillis au Moustoir, à Lorient
_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 20 Déc - 12:23 (2010)    Sujet du message: interview Répondre en citant

Prêté depuis août  par le club bordelais, le milieu de terrain lensois Grégory Sertic retrouvera son club formateur, ce mercredi, à l'occasion de la 19e journée de championnat. A travers cet entretien, il nous parle du parcours des Girondins et de la prochaine rencontre à Chaban-Delmas...
http://gregsertic.xooit.fr/images/wysiwyg.html?5#ancreHaut
  EntretienPour ce dernier match, avant la trêve  hivernale, tu vas retrouver Bordeaux, club qui t’a prêté à Lens…
Je suis déjà très heureux de retrouver  Bordeaux ! Nous, les Lensois, nous sommes dans un état d’esprit assez  particulier car nous sommes à la recherche de points. Je suis allé au stade Chaban-Delmas pour  voir Bordeaux-Rennes [Ndlr, 0-0].  J’ai remarqué que les Bordelais avaient aussi un peu de mal à créer du jeu avec  une bonne équipe de Rennes en face. Maintenant, on a des points à prendre. On  verra ce que cela va donner. Ce sera un match difficile. Je pense que Bordeaux  aura la possession du ballon, et qu’il fera le jeu. On va donc devoir bien  défendre. Si on peut faire quelques petits contres ou bien gérer les phases  arrêtées… Je pense que ce sera la solution pour faire quelque chose à Bordeaux.   

Grégory Sertic : « Pourquoi ne pas prendre trois points à Bordeaux ?!  »
Lens est en manque de points et il  faudra, à Chaban-Delmas, faire le plein…
On connait notre situation aujourd’hui.  Pourquoi ne pas prendre trois points à Bordeaux ?! C’est sûr que ce sera  compliqué là-bas ! Mais dans le football, on ne sait jamais. On avait fait  un bon résultat à Marseille où l'on avait pris le point du match nul. Maintenant,  on a vraiment besoin de points donc on va tout faire pour en empocher un  maximum !
Quelles sont, pour toi, les différences  entre Lens et Bordeaux ?
Le climat ! Il fait un peu plus  chaud à Bordeaux. [Ndlr, Rires] Bordeaux et Lens se ressemblent car ce sont deux clubs familiaux. Ils ont le  même style de présidents qui sont tous les deux à 200% derrière leur  club ! L’état d’esprit est le même, même si Lens est un peu plus en  difficulté. Mais je trouve que ces deux clubs se ressemblent beaucoup !

Grégory Sertic :
« Ca fait toujours plaisir de revenir ! »
Que penses-tu des résultats et du  classement des Bordelais ?
Je regarde leurs matchs très  attentivement. Je trouve que, comme nous, ils rencontrent des difficultés, ils ont  du mal à faire leur jeu. Au classement, ils ne sont pas loin des premiers. Je  pense qu’ils vont très bien s’en sortir. J’espère qu’ils seront champions cette  année. Ca ferait plaisir aux Girondins et à moi aussi ! J’espère aussi qu’ils  vont accrocher une place en Ligue des Champions.
Es-tu heureux à l’idée de retrouver Bordeaux  à la fin de l’année ?
Très heureux, oui ! Surtout que je  resterai quelques jours dans la région après la rencontre. Ca fait toujours  plaisir de revenir ! J’ai toujours de bons contacts avec certains joueurs  de Bordeaux, même avec les coachs et les salariés du club. Quand j’ai vu les  joueurs, après Rennes, ils m’ont un peu chambré en me disant qu’ils allaient  nous battre. On verra sur le terrain !
Toi qui connais bien l’équipe bordelaise, son stade et  son public, as-tu donné quelques conseils à tes équipiers lensois ?
Non, car je pense qu’il y a des personnes qui ont dû  superviser leurs matchs. Elles seront aptes à prodiguer des conseils. Je peux  donner deux, trois petits trucs mais je ne pense pas que cela fasse la  différence dans ce match.
_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 23 Déc - 17:28 (2010)    Sujet du message: interview Répondre en citant

Prêté au RC Lens par Bordeaux, Grégory Sertic connaît bien la formation entraînée par Jean Tigana. Avant la rencontre entre les 2 équipes ce mercredi soir, le milieu de terrain dresse le portrait de son club formateur.

« Quand il y a de grands matches, les Girondins répondent toujours présents. Néanmoins, ils ont un peu plus de mal contre les petites équipes. Quand je regarde parfois leurs matches, je vois qu’ils ont de grandes qualités et l’expérience acquise en Ligue des Champions les années précédentes leur permet de gagner certaines parties. Je connais très bien ce groupe et je suis sûr qu’ils vont s’en sortir. J’espère de tout cœur qu’ils joueront la Ligue des Champions ou tout du moins les places européennes. »
_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
didoubordo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2010
Messages: 107
Localisation: st seurin
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 22 Jan - 12:47 (2011)    Sujet du message: interview Répondre en citant

G. Sertic: "Au RC Lens, je grandis"


Vendredi 21 Janvier 2011 15:20:28
Auteur d'une première partie de saison en dessous de ses attentes, Grégory Sertic ne baisse pas les bras et compte bien contribuer au maintien du RC Lens. Un club au sein duquel le joueur prêté par Bordeaux n'exclut pas de rester.


 




Lensois.com : Grégory Sertic, vous sortez d’une première partie de saison durant laquelle le temps de jeu n’aura pas été au rendez-vous. Sentez-vous que la donne va changer pour ces six prochains mois, notamment avec l’arrivée de Laszlo Bölöni ?
Je sais que je n’ai pas fait une bonne première partie de saison. J’ai fait mon autocritique. Je ne change rien à mes habitudes. Que ce soit avec Jean-Guy Wallemme ou Laszlo Bölöni. Quand on fait appel à moi, je donne le maximum pour aider l’équipe à faire la différence, dans le jeu ou sur coup de pied arrêté, à l’image du corner contre Saint-Etienne sur le deuxième but.

Sébastien Roudet suspendu contre Caen, vous postulez à une place de titulaire dans le rôle de meneur de jeu…
Oui, mais c’est le coach qui fera son choix. Si je viens à être aligné d’entrée contre Caen, je me donnerai à fond pour l’équipe. Mais j’en ferai autant si je dois seulement faire une apparition en fin de rencontre et aider l’équipe à bien terminer la rencontre.

« Cette expérience me fait grandir »
 
Le RC Lens était déjà dans une situation délicate à votre arrivée à la fin du mercato d’été. Vous attendiez-vous à vivre un championnat si difficile ?
On savait tous très bien que ça n’allait pas être facile. Mais on a les qualités nécessaires pour remonter rapidement au classement. On a mal commencé l’année contre le PSG, mais on a su rebondir contre Saint-Etienne avec un super état d’esprit, qu’illustre bien notre joie sur le deuxième but, à l’image du plongeon d’Issam (Jemaâ) dans les tribunes. On a montré qu’on avait l’envie de s’en sortir. Le chemin est encore long mais je garde confiance.

Vous aviez d’autres possibilités cet été. Vous ne regrettez pas votre choix ?
Non, je n’ai vraiment aucun regret sur mon choix d’être venu au RC Lens. Ici, j’ai rencontré des mecs supers, dans un super club. C’est une expérience qui me fait grandir. Je suis fier d’être lensois et je me battrai jusqu’à la fin de mon prêt pour aider le club à se sauver.

« L’important pour moi, c’est le temps de jeu »
 
A propos de ce prêt, envisagez-vous de rester au RC Lens plus longtemps ou êtes-vous déjà certain que l’aventure s’arrêtera au terme de cette saison ?
Si le RC Lens est prêt à m’accueillir une nouvelle fois, pourquoi pas ? Après, cela se règlera entre dirigeants lensois et bordelais. On verra aussi ce que le coach Jean Tigana attendra de moi lorsque je retournerai en Gironde au terme de mon prêt. Cela dépendra de plusieurs choses.

Même une relégation en Ligue 2 ne serait pas rédhibitoire ?
En Ligue 1 ou en Ligue 2, l’important pour moi, c’est le temps de jeu !

Propos recueillis par Christophe Schaad

source: lensois.com
_________________
bordelaise un jour, bordelaise toujours.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:34 (2017)    Sujet du message: interview

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    premier forum sur grégory sertic Index du Forum -> grégory -> actualités -> divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky